PARIS

 

FEJT - ARCHIVES NATIONALES  :

« Le jazz des années 30 »

L’ensemble Lost in swing souhaite nous faire replonger dans le jazz des années 30 en proposant un panel de standards peu interprétés aujourd’hui.
Leur programme se base essentiellement autour des compositions du vibraphoniste Lionel Hampton. Surnommé « Le lion », il est le premier géant du jazz à donner ses lettres de noblesse au vibraphone en tant qu'instrument soliste. Ses interprétations se caractérisent par une grande virtuosité. 
Pendant les années 30, considérées comme l'âge d'or du jazz, le swing se démarque du jazz Nouvelle-Orléans (diexeland) par un orchestre de plus grande taille sur le modèle des trois sections de trompettes, trombones et anches qui privilégie les solistes prenant des chorus intégrés dans des arrangements écrits au détriment de l'improvisation collective. C'est l'ère des big bands de Duke Ellington, Count Basie, Glenn Miller, Benny Goodman, avec un répertoire marqué par les compositions de George Gershwin, Cole Porter, Richard Rodgers… qui forment l'ossature des standards de jazz. 
Prenez des compositions endiablées (Ribs and hot sauce, Stompology) ainsi que des ballades rêveuses et poétiques (Moonglow ou encore Robbin's Nest), ajoutez à cela une cuillère de Duke Ellington, une pincée de George Gershwin, et un zeste de Django Reinhardt, et vous sortirez de ce concert avec le sourire béat de l'être humain apaisé par la musique !

 

 

Plus dans cette catégorie : « ASCONA JAZZ IN MARCIAC »